mercredi 10 août 2022

Prière à Notre-Dame du Bon Conseil


#PRIERE A NOTRE-DAME DU BON CONSEIL

     O Très glorieuse #Vierge Marie, choisie par le Conseil éternel pour être la Mère du Verbe éternel fait chair, la Trésorière des grâces divines et l’Avocate des pécheurs, moi, le plus indigne de vos serviteurs, je recours à Vous afin que vous daigniez être mon guide et mon Conseil dans cette vallée de larmes.

     Obtenez-moi, par le très précieux Sang de votre divin Fils, le pardon de mes péchés, le salut de mon âme, et les moyens nécessaires pour l’opérer.

     Obtenez à la sainte Eglise le triomphe sur ses ennemis, et la propagation du #règne de Jésus-Christ sur la terre.

     Ô vrai trésor de vie et fleuve inépuisable de Grâce Divine, grande Reine des Cieux, très Sainte-Marie, Vous qui, par Vos Vertus ineffables avez plu aux yeux de Dieu et mérité de concevoir dans Votre sein virginal l'Auteur même de la #Vie de la Grâce, Jésus-Christ ;

     Ô vous, Mère de l'Homme-Dieu et Mère de l'humanité rachetée, Mère aussi de Grâce et de Vie, de Miséricorde et de Pardon, tournez vers moi Votre regard maternel ; jetez un œil de compassion sur mes nombreuses misères spirituelles et corporelles ; élevez-moi à l'état de parfaite amitié avec Dieu ; et obtenez-moi le don de la #persévérance finale.

     Et puisque Votre prière est toute-puissante auprès du Seigneur, Ô Marie, permettez que, malgré ma misère, je Vous choisisse pour ma patronne spéciale.

     Avec l'aide de Votre très puissante intercession, je suis sûr d'obtenir de Votre Divin Fils toutes les Grâces qui me sont nécessaires pour servir Dieu fidèlement par les #œuvres spirituelles et corporelles de miséricorde Vous Vous montrerez ainsi envers moi telle que Vous êtes, la Mère de la Divine Grâce, et moi, après avoir vécu saintement sur la terre en m'aidant des Grâces que Vous m'avez obtenues, j'aurai le bonheur de Vous louer éternellement dans le Ciel. Amen.

Ainsi soit-il.

mardi 9 août 2022

La Contre-Révolution, qu'est-ce à dire ? - 5 : La hiérarchie - 1


LA CONTRE-REVOLUTION, QU’EST-CE A DIRE ? - 5 : LA HIERARCHIE -1

     La hiérarchie s’oppose per diametrum à la mensongère égalité révolutionnaire. Cette égalité, fonds de commerce des partis politiques, faisait dire à un humoriste disparu « il y en a qui sont plus égaux que d’autres » ce qu’atteste chaque jour qui passe. De plus, au- delà du droit juridique, elle est en accord avec la réalité humaine où l’on observe des différences certaines entre individus, dans tous les domaines.

     La hiérarchie, à quelque niveau où elle se situe, n’est pas un problème lorsque celui qui se voit investi d’une autorité, en quelque secteur d’activité que ce soit, l’assume dans le respect et le souci du bien temporel et spirituel de ses subordonnés. Lorsqu’elle ne les considère pas comme des sujets corvéables et pressurisables à merci, comme objets jetables ou à écraser pour se maintenir ou parvenir.

     Si, comme indiqué dans les articles précédents, la Vérité et la Charité sont l’essence de la Contre-Révolution catholique, il reste à la mettre en acte, c’est-à-dire lui donner l’existence : c’est la Hiérarchie, le troisième volet du triptyque, qui va le permettre.

     Sans entrer dans une explication métaphysique des notions d’essence et d’existence, qui déborderait le cadre de ce sujet précisant, toutefois, que si en Dieu l’essence et l’existence sont identiques, il n’en va pas de même dans l’ordre du créé dans lequel l’essence et l’existence sont distincts. Ainsi, dans l’institution contre-révolutionnaire si la Vérité et la Charité constituent l’essence de la Contre-révolution catholique, c’est la Hiérarchie qui mettra en acte, ou donnera l’acte d’exister à la contre-révolution. Il est donc tout à fait inopportun d’inciter à une action Contre-révolutionnaire, et encore moins à une Révolution, en l’absence de toute hiérarchie légitime (religieuse ou politique).

     Il est inconcevable pour un chrétien de défendre, de promouvoir, de voter pour des partis politiques, des mouvements ou groupes religieux, des institutions ou organismes sociaux se façonnant sur le mécanisme révolutionnaire de l’égalitarisme démocratique dont l’organisation et la structure sociale qu’il génère ne sont que l’application pratique, non moins que la continuation, du cri de révolte satanique de 1789 contre Dieu « Nous ne voulons pas qu’il règne sur nous » (St Luc XIX, 14,27) permis par Dieu, en châtiment des péché, des prévarications et de la surdité française aux nombreuses mises en garde de l’Eglise.

    C’est encore inconcevable, si ce sont bien les enseignements de Dieu et de l’Eglise qui façonnent et dirigent son existence chrétienne, car il sait, ou devrait savoir, que l’égalité démocratique (ou des égaux délibérants) n’a pas sa place dans le ciel de Dieu. A moins d’estimer, ô irrévérence, que Dieu est incompétent en matière d’organisation sociale.

     Alors, il lui faut être cohérent avec la prière du Notre Père qu’il récite chaque jour :

 « Que votre règne vienne sur la terre comme au ciel »

     Il ne peut donc concevoir, vouloir et militer durant son pèlerinage terrestre que pour une société se construisant et s’organisant selon les principes hiérarchiques que Dieu a posé comme modèle pour que ce « règne vienne sur la terre » : celle qui se conforme le mieux possible à la société céleste qui, elle-même, est hiérarchisée puisque composée de trois hiérarchies et neuf chœurs d’anges :

- La première hiérarchie  : Le chœur des Séraphins, des Chérubins et des Trônes.

- La deuxième hiérarchie : Le chœur des Dominations, des Vertus et des Puissances.

- la troisième hiérarchie  : Le chœur des Principautés, des Archanges et des Anges.

     Ces différentes dénominations sont disséminées dans divers textes des Saintes

Ecritures : Genèse III, 24 ; Isaïe VI, 2 ; Ezéchiel X, 3 : I Thessaloniciens IV, 16 ; Colossiens I, 16 ; Ephésiens 1, 21 ; I Pierre III, 32 (liste non exhaustive)

     Cette société humaine conforme aux trois hiérarchies célestes que la chrétienté avait progressivement mise en place, est figurées par la triple couronne du Pape (1) symbolisant les trois pouvoirs de Jésus-Christ (législatif, judiciaire et exécutif) et leur traduction dans l’organisation de la société chrétienne par :

- le pouvoir spirituel du Pape gouvernant l’Eglise c’est-à-dire les évêques, les curés, les religieux, les fidèles et qui assure la doctrine et les sacrements.

- le pouvoir temporel ou politique délégué par le Pape au roi ou à l’empereur qu’il désigne lui-même.

- le pouvoir économique et social des fidèles qui revient aux familles et aux entreprises et pas aux marchés financiers, ni aux hedge funds.

     Le Pape restant le maître de l’enseignement de la doctrine concernant ces trois pouvoirs.  

(A suivre…« La Contre-Révolution, qu’est-ce à dire – 6 : La hiérarchie - 2 »…si Dieu veut) 

René Pellegrini

 

(1) Tiare pontificale abandonnée et déposée par Paul VI, le 23 novembre 1964, geste qui s’apparente au découronnement de Jésus-Christ. La tiare signe par excellence du Pouvoir Pontifical et de son caractère monarchique.

Mis sur un autre blogue le 17 décembre 2014

lundi 8 août 2022

Les Exercices spirituels de Saint Ignace de Loyola - 9 : Le discernement spirituel, quelques conseils


Saint Ignace de Loyola (1491-1556) avec son livre ouvert à la page AD MAJOREM DEI GLORIAM c’est-à-dire Pour la plus grande gloire de Dieu.

LES EXERCICES SPIRITUELS DE SAINT IGNACE DE LOYOLA - 9

 

LE DISCERNEMENT DES ESPRITS : QUELQUES PRECISIONS

     Le discernement des esprits n’est pas une faculté naturelle mais un don gratuit de la grâce de Dieu : un charisme. Il permet à l’âme qui le possède de flairer l’œuvre des ténèbres lors même qu’elle se recouvrirait d’un ''manteau de lumière''.

« Bien-aimés, ne croyez pas à tout esprit, mais éprouvez les esprits, pour voir s’ils sont de Dieu ; car beaucoup de faux prophètes sont venus dans le monde ». (I Jean IV, 1)

     Soyez très prudent envers ceux (laïcs et membres du clergé) qui exaltent les « valeurs spirituelles » parce que diriger une personne vers les choses spirituelles sans autre précision est très insuffisant. En effet, nous sommes confrontés à deux esprits : celui de Dieu, et celui multiforme de Satan avec sa capacité à se déguiser en « ange de lumière » pour mieux circonvenir les âmes simples ou crédules. Il faut donc, comme le dit l’apôtre « éprouver les esprits ». Ici, « éprouver » prend le sens de mettre à l’épreuve, vérifier et non se précipiter par amitié, sympathie, etc.

     Ce discernement des esprits est nécessaire car depuis la rébellion du Jardin d’Eden, le monde des esprits est divisé en deux camps opposés : celui des esprits restés fidèles à Dieu, et celui des esprits révoltés contre Dieu. Ces deux esprits se sont continuellement manifestés à travers l’histoire humaine en générant, parmi la descendance d’Adam, deux postérités ou descendances propageant dans le monde une vraie et de fausses traditions mystiques, une vraie et de fausses spiritualités, une vraie et de fausses doctrines, une vraie et de fausses dévotions, une vraie et de fausse sagesses, un vrai et de faux cultes, etc.

« Car ce n’est pas contre la chair et le sang que nous avons à lutter, mais contre les principautés et les puissances, contre les dominateurs de ce monde de ténèbres, contre les esprits de malice des régions célestes» (Ephésiens VI, 12)

     Si « la chair et le sang » désignent les hommes pervers et corrompus devenus - par adhésion ou ignorance - les réceptacles des influences de mauvais esprits contre lesquels le chrétien doit se tenir en garde, il doit aussi se rappeler que son combat ne peut pas  être victorieux s’il n’élève pas sa perception et sa compréhension des événements qui surgissent dans le monde naturel jusqu’au monde surnaturel, et néglige de se protéger dans sa lutte contre les actions générées par les divers ordres de démons que constituent « Les principautés, les puissances, les dominateurs, les esprits de malice »

     Les ennemis du chrétien étant surnaturels, on perçoit donc la nécessité de se revêtir prioritairement de « l’armure de Dieu » pour Lui demeurer fidèle, afin de posséder les critères moraux, spirituels et doctrinaux pour rester dans la vraie mystique des Saint Jean de la Croix, Sainte Thérèse d’Avila, etc., et pouvoir déceler les vraies et bonnes influences divines sur les hommes, de celles du démon pour ne pas aller là où il ne faudrait pas aller et se mettre en danger. Saint Paul nous décrit cette armure protectrice de Dieu pour mener le bon combat du salut, avec les vertus qui l’accompagnent (vérité, justice, paix, foi) et les moyens pour y parvenir (prières et supplications) :

« C’est pourquoi recevez l’armure de Dieu, afin de pouvoir résister dans le jour mauvais, et rester debout après avoir tout supporté. Tenez donc fermes, ayant vos reins ceints de la vérité, revêtus de la cuirasse de la justice, les pieds chaussés de zèle pour l’évangile de paix, prenant par-dessus tout le bouclier de la foi, au moyen duquel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin. Prenez aussi le casque du salut, et l'épée de l’esprit, qui est la parole de Dieu ; faisant en tout temps, par l’Esprit, toutes sortes de prières et de supplications, veillant à cela avec une entière persévérance, et priant pour tous les saints ». (Ephésiens VI, 13-18)

     L’immense majorité des hommes ne possède pas ce charisme. Cependant, les Maîtres de la vie spirituelle, notamment Saint Ignace de Loyola a élaboré et réuni ce qu’on appelle « Les règles du discernements des esprits » qui permettent à ceux qui n’ont pas reçu ce charisme de mieux apprécier les divers esprits qui agitent la personne elle-même, l’homme en général et les personnes de son environnement.

     Se rappeler que l’Esprit de Dieu dirige toujours vers les bonnes œuvres morales et doctrinales, vers ce qui est bien et en harmonie avec les commandements de Dieu et de l’Eglise. Toute personne vous proposant une mystique ou une spiritualité en opposition avec ces caractéristiques, vous propose une mystique ou une spiritualité de contrebande. L’esprit mauvais, quant à lui, s’il peut pendant un certain temps faire illusion, il fini toujours par se mettre en opposition avec les lois divines et de l’Eglise.

René Pellegrini

NOTA BENE :

Si vous êtes intéressé(e)s par les Exercices Spirituels de Saint Ignace et les Règles du discernement des esprits, il faut s’adresser ici : Monsieur l’Abbé Philippe Guépin, 88 rue d’Allonville – 44000 – NANTES.

 


dimanche 7 août 2022

Le Magistère ordinaire du Pape est-il infaillible ? - 1


 Image du Concile Vatican I (1869-1870) convoqué par le Pape Pi IX, et interrompu le 2  0 septembre 1870 par l’entrée des troupes italiennes dans Rome.

LE MAGISTERE ORDINAIRE DU PAPE EST-IL INFAILLIBLE ? - 1

     C’est une doctrine très importante qui divise les Catholiques sur le Magistère solennel ou ex cathedra du Pape et son Magistère pontifical ordinaire. Il faut s’efforcer de bien comprendre cette infaillibilité car elle conditionnera gravement notre perception et l’accueil que nous ferons aux documents venant du Saint Siège (Bulle, Encyclique, etc.) adressés, généralement, à l’ensemble des Eglises. Accueil, le plus souvent dédaigné, voire galvaudé par des expressions du genre : ce n’est qu’une Encyclique et ce n’est pas infaillible, ou ce n’est pas un dogme. Un état d’esprit générant une réception négligée qui, inévitablement, ne sera pas sans conséquences sur les comportements sociaux et politiques des Catholiques qui snobent ainsi des avertissements ou des principes destinés à les guider, dans les différents contextes auxquels ils sont confrontés.

     Etant donné l’extrême importance de ce sujet, il fera l’objet de deux ou trois autres publications avec plusieurs constats permettant de bien comprendre ce que recoupe vraiment ce Magistère ordinaire, afin de mettre en évidence et de combattre la mauvaise foi et l’obstination réductrice envers ce Magistère, des pharisiens ecclésiastiques et laïcs qui peuplent l’Eglise conciliaire, des taupes ecclésiastiques et laïcs de la Fraternité Saint Pie X et d’ailleurs, car les infiltrations ennemies dans l’Eglise existent depuis ses débuts sans jamais cesser : « les faux frères » dont parlait Saint Paul (Galates II,4). Pour cela, je m’appuierai, entre autres, sur une brochure de Dom Paul Nau (1901-1984), moine bénédictin de Solesmes, intitulé « Le Magistère pontifical ordinaire, lieu théologique » et le Dictionnaire de Théologie Catholique (DTC) de Vacant et Mangenot. Les citations de Dom Paul Nau et du DTC seront mises entre « »

     Dans cette première partie Dom Paul Nau pose le problème et les constats qu’il soulève.

« Par un étrange renversement, tandis que l’infaillibilité personnelle du Pape, dans le jugement solennel, si longtemps discuté, était définitivement placée hors de toute controverse, c’est l’autorité du magistère ordinaire de l’Eglise romaine qui semble parfois perdu de vue. Tout se passe comme si l’éclat de la déclaration vaticane avait rejeté dans l’ombre une vérité jusque là universellement reconnue. Comme si la définition de l’infaillibilité du jugement solennel faisait désormais de celui-ci le mode unique, pour le souverain Pontife, de présenter la règle de la foi. Comme si l’équivalence entre l’autorité doctrinale du Pape et celle de l’Eglise n’était vérifiée que dans le seul magistère solennel. L’étude des textes conciliaires (de Vatican I) pourra seule nous renseigner sur le bien fondé d’une telle interprétation. Le Concile du Vatican I avait pris soin pourtant de rappeler la raison d’être exacte de l’assistance charismatique promise par le Christ aux successeurs de Saint Pierre : « L’Esprit Saint n’a jamais promis aux successeurs de Pierre la révélation d’une nouvelle doctrine ; mais par son assistance, ils conserveraient et exposeraient fidèlement le Saint Dépôt de la Foi. »

     Cette précision montre que nous n’avons aucune révélation nouvelle à attendre depuis les Apôtres, premiers dépositaires du Dépôt de la Foi. Il faudra seulement que la doctrine transmise par les Apôtres soit rendue présente à travers les siècles, pour que les fidèles puissent y adhérer par la foi. Les Encycliques y pourvoient. Ainsi, pour ce qui est de la conservation et de la présentation du dépôt de la foi, alors que le Protestant la demande à la lettre des écrits apostoliques et, après leurs lectures, fait « sa vérité » déifiant la raison individuelle et, par le fait même, rejetant tout ce qui lui déplait dans les affirmations de l’Eglise ; le Catholique la demande à l’enseignement des apôtres, à leurs traditions, et singulièrement au successeur de Saint Pierre lorsqu’il est légitime. (1).

     Dom Paul Nau poursuit ainsi :

« On comprend aisément comment à pu s’introduire ce glissement de perspective : depuis 1870, les manuels de théologie ont pris pour énoncé de leurs thèses, les textes même du Concile. Aucun de ceux-ci ne traitant in recto, de l’enseignement ordinaire du seul souverain pontife, celui-ci a été perdu de vue et tout l’enseignement pontifical a paru se réduire aux définitions ex cathedra. De plus l’attention étant entièrement attirée sur celle-ci, on s’est habitué à ne plus considérer les interventions doctrinales du Saint Siège que dans la seule perspective du jugement solennel, celle d’un jugement qui à lui seul apporte à la doctrine toutes les garanties requises. Dans cette perspective il était impossible de saisir la vraie nature du magistère ordinaire. C’est pourtant celle de plus d’un auteur ecclésiastique, notamment celle de L. Choupin qu’on nous présentait encore récemment comme « le meilleur ouvrage (2) sur le sujet. » »

     Cette façon de faire concernant le « magistère ordinaire » me semble peu respectueuse des données de l’histoire de l’Eglise et de la tradition sur ce sujet qui a constitué, pendant des siècles « une vérité jusque là universellement reconnue»

     « Le concile Vatican I ne traitant pas de l’enseignement ordinaire du Pape mais uniquement de son enseignement solennel, les théologiens en ont déduit que l’infaillibilité de l’enseignement du Souverain Pontife se réduisait aux définitions ex cathedra, qu’elles seules offraient toutes les garanties doctrinales. Par le fait même, l’enseignement ordinaire du Pape ou Magistère Pontifical ordinaire s’en est trouvé amoindri car considéré comme n’offrant pas les mêmes garanties. »

     Ces théologiens et les fidèles qui les suivent ont-ils pris une bonne décision en sous-estimant les enseignements du Magistère ordinaire ? Qu’en est-il exactement ? Nous verrons cela lors dans les prochaines publications.

 (A suivre… si Dieu veut)

René Pellegrini

(1) Légitime, car il y a déjà eu une quarantaine d’antipapes depuis les débuts de l’Eglise.

(2) Valeur des décisions doctrinales et disciplinaires du Saint Siège, Paris 1913)

samedi 6 août 2022

Prière à Notre-Dame des Dons


PRIERE A NOTRE-DAME DES DONS 


     O Vierge Marie, notre guide et notre souveraine nous venons nous jeter dans le sein de votre miséricorde et mettre dès ce moment, et pour toujours, nos âmes et nos corps sous votre spéciale protection.

     Très Sainte Mère, nous déposons entre vos mains, nos peines, nos misères, nos espérances et nos consolations, le cours et la fin de nos vies.

     Que par votre intercession et vos mérites, toutes nos œuvres soient faites selon votre volonté, à la gloire du CHRIST-ROI, votre divin Fils !

     O Notre Dame des dons, chassez des esprits les ténèbres de l’erreur par la lumière de la Foi.

     Soulagez les âmes abattues, ranimez les cœurs arides par la Divine Charité, donnez-nous les Dons du Saint-Esprit.

     NOTRE-DAME DES DONS, priez pour nous.

 

René Pellegrini

vendredi 5 août 2022

Mon Royaume n'est pas de ce monde - 2


LA ROYAUTE UNIVERSELLE DE JESUS-CHRIST – 14

 

MON ROYAUME N’EST PAS DE CE MONDE – 2


     César et Pilate n’ont rien à craindre de la royauté du Christ car elle ne vient pas du peuple. N’étant pas tributaire, pour sa légitimité et la continuité de son exercice, de l’appui de serviteurs ou de forces militaires, elle n’a donc pas besoin de se rebeller, comme le feront les Juifs, contre l’autorité impériale et Ponce Pilate son représentant actuel en Judée.

     Pilate, surpris par un silence de Jésus, Lui dira en soulignant bien son autorité

« Ignores-tu que j’ai le pouvoir de te crucifier et le pouvoir de te délivrer. » (St Jean XIX, 10) Jésus répondra : « Tu n’aurais sur moi aucun pouvoir, s’il ne t’avait été donné d’en haut. » (Verset 11)

     Jésus se servira de cette observation de Pilate pour lui faire remarquer et lui faire prendre conscience, lui qui, malgré tout, s’efforce de le libérer de la vindicte juive, d’où émane, qu’elle est L’ORIGINE de tout pouvoir, même païen comme le sien : « DONNE D’EN HAUT » c’est-à-dire, de Dieu, de Moi qui me livre entre tes mains, et, ainsi, la propre dépendance à Dieu de Pilate, lui qui croit l’avoir reçu de César qui, en l’occurrence, n’est qu’un instrument entre les mains de Dieu. Ces paroles de Jésus posent la question de L’ORIGINE de tout pouvoir et pas celle du désintérêt de Jésus pour les choses civiles.

     C’est bien conscient de l’origine divine des pouvoirs terrestres et des devoirs des chrétiens envers l’Etat et ses représentants, que Saint Paul, en conformité avec I Pierre II, 11-14 pourra dire, alors que Juifs et chrétiens se trouvent, à cette époque, sous la domination des légions romaines et païennes de César :

« Que toute âme soit soumise aux puissances supérieures, car il n’y a pas de puissance qui ne vienne de Dieu ; et celles qui sont ont été établies de Dieu. C’est pourquoi qui résiste à la puissance résiste à l’ordre de Dieu. » (Romains XIII, 1-2) (1)

     Sois sans crainte Pilate, quoiqu’on ait pu te dire sur mon compte, les caractéristiques de ma royauté font qu’elle ne doit rien à l’usurpation, à une quelconque révolte contre l’autorité impériale que tu représentes, ni à la volonté et aux agissements des hommes conformés à l’image d’Adam; mais elle est gouvernée par la Providence de Dieu et réglée selon sa volonté. Les serviteurs de mon royaume ne se conforment qu’à l’image du Nouvel Adam : Jésus-Christ. Voir les caractéristiques de ceux qui sont appelés à habiter ce royaume, sur cette Page à la date du 22 décembre 2020, La Royauté universelle de Jésus-Christ – 11 : Les caractéristiques du Royaume de Dieu.

     N’accorder qu’une dimension intérieure, circonscrite uniquement dans les âmes, à « Mon royaume n’est pas DE ce monde » comme les Témoins de Jéhovah et les nombreuses légions de catholiques libéraux et modernistes curieusement réunis en la circonstance, pour Lui dénier une royauté sur les choses civiles de ce monde serait insérer l’absurde et la contradiction du Saint-Esprit en de nombreux textes de la Sainte Ecriture et, en même temps, insinuer que l’Eglise catholique se serait trompée sur cette question depuis vingt siècles et faire peu de cas de l’infaillibilité du magistère pontifical en la circonstance : doublement absurde !

     A aucun moment Il n’a voulu dire que cette Royauté ne s’exerce pas sur ce monde ou en ce monde. Ce serait stupide et contraire, de surcroît, à l’affirmation de Jésus, à ses apôtres, avant de remonter au ciel et, précisons-le, avant même de revenir, à la fin du monde, pour châtier définitivement les nations rebelles, et dans laquelle Il déclara solennellement :

« Toute puissance m’a été donnée dans le ciel et sur la terre. » (St Matthieu XXVIII, 18)

     Le constat douloureux que le monde des hommes se soit placé, très majoritairement, sous l’emprise des lois du démon et sous son règne n’enlève rien au fait que tout se meut, dans les événements qui affectent la terre, selon la Providence de Dieu et pour le salut des élus, et que Jésus règne sur ce monde de droit (de nature et de conquête) à moins de mettre les paroles précitées de Notre-Seigneur, qui ne peut mentir, sur le compte de la vantardise.

     Le Pape Pie XI ne fait que confirmer, dans son Encyclique, les paroles de Jésus-Christ et leur interprétation, en qualifiant d’« erreur honteuse de dénier au Christ-Homme la puissance sur les choses civiles quelles qu’elles soient. » Et que dire de cette même puissance en tant que Dieu ?

     On voit bien à qui profite ce crime de la mise à l’écart et du détrônement de Jésus-Christ sur les sociétés humaines, avec l’aide de ceux qui devraient être ses principaux hérauts : les hommes politiques catholiques et les hommes d’Eglise préférant prêcher les droits de l’homme plutôt que ceux de Dieu. HONTE A EUX !!! 

(A suivre…« La royauté du Christ sur les individus »…si Dieu veut)

René Pellegrini

- C’est moi qui mets en gras dans le texte.

(1)   Aucune société humaine ne peut subsister sans une autorité. Par ses paroles, Saint Paul ne vise pas à justifier l’usurpateur et le tyran, mais il fonde l’obligation d’obéir sur Dieu. L’autorité humaine, quelle qu’elle soit, ne peut exister que par la volonté de Dieu. Tout pouvoir humain a en Dieu son origine et sa source. Les gouvernants sont serviteurs de Dieu. Les bons, pour favoriser le bien commun temporel, moral et spirituel de leurs administrés ; les mauvais, comme instruments de la justice divine pour châtier, au temps marqué, les nations ayant apostasié ou rebelles à Dieu.

- Ces explications pour les agités et inconscients sur certains forums catholiques qui, sciemment ou par ignorance, excitent à la Révolution en l’absence de toute autorité politique et religieuse LEGITIMES : c’est-à-dire DE DROIT et non de fait. Malgré tout, si nous sommes chrétiens, nous devons obéir à ces pouvoirs de fait, dans la mesure où leurs lois ne nous mettent pas dans la position d’apostasier ou de violer les commandements de Dieu qui sont imprescriptibles, ou de désobéir aux anathèmes portés par l’Eglise dans ses documents émanant du double exercice de son Magistère infaillible : extraordinaire ou ex cathedra très peu utilisé : lors des dogmes ou définitions solennelles ; et ordinaire pontifical (celui que les besoins et les nécessités de l’Eglise exigent sans qu’il soit nécessaire de réunir un Concile, pouvant être utilisé tous les jours que Dieu fait ou lors de problèmes ponctuels, et dans lequel il est tout aussi véridique).  

- En tant que Catholique s’efforçant de marcher, en actes et en paroles, dans les pas du Christ, il m’est impossible de suivre ceux qui poussent à la haine contre les adeptes d’autres religions ou à la Révolution. Dénoncer, mettre en garde contre leurs fausses doctrines ou philosophies, être sans complaisance envers leurs mauvais agissements est une chose, tenir des propos haineux à leur égard en est une autre, et ce n’est pas la manière d’agir de Jésus-Christ, modèle des chrétiens. Cette distinction pour les orfraies et les imbéciles de toutes catégories sociales, politiques et religieuses, aussi haut placés soient-ils, qui s’empressent d’hurler au racisme, à l’antisémitisme, à l’homophobie, etc., dès que vous prenez vos distances avec leurs dogmes laïcs ou leurs réinterprétations religieuses qu’ils doivent probablement considérer comme infaillibles, ou le stupide et dissolvant politiquement et religieusement corrects des supplétifs des Big Satrapes of the Sanhedrin. Je laisse ces pratiques aux traîtres à Dieu, à leur patrie, invertébrés et opportunistes sans honneur, corrompus par l’argent, l’ambition et le sexe, et qui, perversion de l’esprit aidant et toute honte bue, paradent en public, se faisant une gloire avec ce qui constitue leur honte : NE LES SUIVEZ PAS ! TENEZ-VOUS EN GARDE CONTRE EUX ! LEUR VOIE EST UNE VOIE DE MALHEUR ET DE PERDITION. Mais, prions Dieu pour que dans sa miséricorde, Il daigne leur accorder une grâce de repentance et de conversion par les mérites infinis de Jésus-Christ et l’intercession de la Très Sainte Vierge Marie.

- Tenez-vous aussi en garde contre ceux (prêtres ou laïques) qui vous conseillent d’aller voter pour des personnes (quelles qu’elles soient) qui se soumettent au suffrage universel que le Pape Pie IX qualifiait de mensonge universel. En effet, dans ce genre d’élection les dès sont pipés. Seule la méconnaissance de ce qu’est la Révolution, de ses agents et leurs méthodes de subversion, ou l’ignorance peuvent encore illusionner sur le vote dans un pays qui se soumet à cette funeste mascarade dite démocratique dont tous les prétendants, pour postuler, doivent faire allégeance à la démocratie, la laïcité révolutionnaire et les droits de l’homme : la triple imposture…et pas seulement en France.   

Mis sur un autre blogue le 5 septembre 2015  

René Pellegrini

jeudi 4 août 2022

Antisémitisme et antijudaïsme - 3 : La religion juive ou judaïsme


ANTISEMITISME ET ANTIJUDAÏSME - 3

 

LA RELIGION JUIVE OU JUDAÏSME

 

     Après la race et la nationalité examinées précédemment voyons, aujourd’hui, la religion juive. Cette question a toujours été très importante pour les chrétiens, mais elle l’est encore plus depuis le concile Vatican II par la position de l’Eglise conciliaire à l’égard d’Israël, du sionisme et des Juifs appelés abusivement nos ‘’frères aînés’’ par Jean-Paul II. Nous pourrions de tout cœur les considérer ainsi s’ils étaient restés fidèles à l’esprit de la Loi de Moïse et à l’enseignement de la Synagogue fidèle des Patriarches et des prophètes, et à son aboutissement logique et légitime que fut le Christ, le Messie promis, mais tel n’est pas le cas.

     Le peuple juif fut suscité par dieu pour apporter le Christ, mais à l’exception d’une partie du peuple, il refusa le Messie promis par les prophètes. Ce faisant, il rompit l’alliance conclue par Dieu avec les Patriarches et Moïse. Dans leur jalousie d’avoir été supplanté par l’Eglise, l’Israël de Dieu (1) les Juifs sont devenus, par haine du Christ, les ennemis des chrétiens et du christianisme, déployant tous leurs efforts pour le détruire en le minant de l’intérieur, et en suscitant durant le cours de la chrétienté de multiples sectes et sociétés secrètes pour la diviser et l’affaiblir. Cette inimitié séculaire est fondamentalement théologique avec des répercutions morales, sociales et politiques. Les Catholiques ne pourront se préserver de cet environnement prégnant de judaïsation des esprits, provoquée par les influences juives diffusées dans la société civile, politique et religieuse qu’en menant une vie véritablement chrétienne.

QU’EST-CE QUE LA RELIGION JUIVE OU JUDAÏSME ?

     Pour appréhender la religion juive qu’est le judaïsme des pharisiens et des rabbins, et sur quels enseignements elle s’est construite, je me référerai au Rabbin David Drach (1791-1865) baptisé dans l’Eglise catholique qui, dans son livre, montre comment on peut résumer le support sur lequel se forme l’enseignement religieux de l’enfant juif jusqu’à l’étudiant :

« Dans les écoles théologiques, les cours se bornent uniquement au Talmud, on néglige le texte de la Bible. »  (De l’harmonie de l’Eglise et de la Synagogue, Tome 1, p. 35 à 40)

     Ainsi, contrairement à ce que peut penser un chrétien, et aussi surprenant que cela puisse paraître, ce n’est pas la Loi de Moïse (La Torah) contenu dans l’Ancien Testament qui constitue le socle de l’enseignement dans « les écoles théologiques », mais le Talmud lui est préféré. Ce n’est pas surprenant car Notre-Seigneur avait déjà dénoncé les « doctrines et ordonnances humaines » qu’enseignaient les pharisiens. Du Adonaï et du Moïse plein la bouche chez les Juifs mais, comme disait Jésus :

« Hypocrites, Isaïe a bien prophétisé de vous, quand il dit : Ce peuple m’honore des lèvres, mais son cœur est loin de moi ; ils me rendent un culte inutile, enseignant des doctrines et des ordonnances humaines ». (St Matthieu XV, 7-8)

     Les Juifs professent donc une fausse religion fabriquée par les rabbins kabbalistes et talmudistes, fruit du contact des prêtres juifs avec les mages et savants chaldéens et leur doctrine panthéiste, lors de leur déportation à Babylone. Ils pratiquent donc « un culte inutile ». Cela n’étonne guère car la Bible nous montre Israël sombrant souvent dans l’idolâtrie des peuples païens et fustigés sans cesse par les prophètes conservateurs de la vraie tradition religieuse d’Israël, et persécutés pour cela comme Jésus le dira aux scribes et pharisiens hypocrites dans Saint Matthieu XXIII, 34-35 :

« C’est pourquoi, voici que je vous envoie des prophètes, et des sages, et des scribes ; et vous tuerez et crucifierez les uns, et vous flagellerez les autres dans vos synagogues, et vous les persécuterez de ville en ville, afin que retombe sur vous tout le sang innocent qui a été répandu sur la terre, depuis le sang d’Abel le juste, jusqu’au sang de Zacharie, fils de Barachie, que vous avez tué entre le temple et l’autel. »

     Lors de leur déportation à Babylone, Ils furent confrontés à cette doctrine de « l’homme divinisé » des panthéistes. Les pharisiens qui apparaissent à cette époque firent de cette doctrine, leur doctrine secrète qui, dans leur délire, devint celle « du Juif qui se fait Dieu » et, dans leur orgueil, matérialisèrent toutes les promesses prophétiques que Dieu réservait pour le ciel en les attribuant aux seuls Juifs descendants charnels d’Abraham. Cette fausse théologie, véhiculant une fausse tradition, explique leur venin matérialiste et sensualiste qu’ils inoculent dans les nations, et leur soif de dominer en tout, jusqu’à la domination mondiale déclinée aujourd’hui en mondialisme. Quant aux autres hommes - les goyïm ou non-Juifs - ils les rejetèrent dans l’animalité selon le regard du Talmud sur les non-Juifs.

     Cette religion issue de la fausse Kabbale (qui signifie fausse réception ou tradition) ou gnose juive fut condamnée et abolie en droit, lors de l’institution par Jésus de la nouvelle alliance exprimée dans le Nouveau Testament. Les prescriptions rituelles issues de l’Ancien Testament furent annulées par l’Eglise naissante dès le début du christianisme, lors du premier concile de l’histoire chrétienne qui se tint à Jérusalem, au premier siècle de notre ère (2). Le Moïse que professent les rabbins n’a plus rien à voir avec l’esprit de Moïse, si ce n’est un Moïse lu et interprété selon la doctrine secrète de la Kabbale d’inspiration babylonienne. Le Judaïsme des pharisiens et de leurs successeurs les rabbins kabbalistes et talmudistes n’a plus rien à voir, non plus, avec la religion des Patriarches et des prophètes, car ils ont brisé la première alliance que Dieu avait offerte aux Juifs. Ils l’ont brisée et ont apostasié en refusant le Christ, le Messie vers lequel dirigeaient toutes les prophéties et les sacrifices de l’Ancien Testament.

    Pour comprendre comment les Juifs, pour leur malheur, ont été amenés à préférer l’enseignement du Talmud, et à apostasier, il suffira de quelques citations de ce livre, telles que :

  « Les paroles des écrivains du Talmud sont plus douces que celles de la Loi. » (Talmud de Jérusalem, traité Berachoth, Perek 1.) en sorte que

« Les péchés contre le Talmud sont plus graves que ceux contre la Bible. » (Traité Sanhédrin, folio 88b)

« Mon fils, fait plus attention aux paroles des rabbins qu’aux paroles de la Loi ». (Traité Erûbin, folio 21 b ; Traité Gittin, folio 59 b)

« Le Talmud a de tout temps des détracteurs violents et des apologistes passionnés. Pendant deux mille ans, il a été, et il est encore un objet de vénération pour les Israélites dont il est le code religieux ». (Rabbin Trenel R., in l’Univers Israélite, juin 1867, p. 452). Ce rabbin aurait pu ajouter : le code de l’immoralité.

     Il ressort de ces textes que le Talmud est supérieur à la Loi de Moïse. Il est donc moins grave de pécher contre un enseignement de la Loi que contre celui du Talmud. Cette mentalité orgueilleuse et hypocrite des pharisiens, dont les rabbins de la Synagogue sont les continuateurs, ne pourra que rejaillir sur les ouailles du judaïsme et leur inculquer une morale qui se révélera détestable.

     Pour bien comprendre ce qu’implique la religion juive, écoutons un Juif, M. Arthur Koestler nous dire ce qu’elle est :

« La religion juive n’est pas seulement un système de foi et de culte, elle implique l’appartenance à une race et à une nation en puissance (…) Pour être bon catholique ou bon protestant, il suffit d’accepter pour vrais certains dogmes et certaines valeurs morales qui transcendent les frontières et les nations ; pour être bon Juif (au sens religieux), il faut professer que l’on appartient à la Race Elue» (Analyse d’un miracle, Calmann-Lévy, éditeur, 1949)

     Passons sur le « pour être bon catholique il suffit d’accepter… » car ne connaissant pas, ou feignant de ne pas connaître, l’enseignement du catéchisme catholique M. Koestler se montre très réducteur sur cette question pour constater, par contre, que les « valeurs morales » (3) n’entrent pas en ligne de compte pour « être un bon juif » et dans la foulée l’aveu, sans peut-être s’en rendre compte, de qui est véritablement raciste. D’ailleurs des Juifs oeuvrent pour entretenir le racisme au même titre que l‘antisémitisme car tous deux servent leurs intérêts, en détournant l’attention qui pourrait se fixer sur les manigances et les conséquences mondiales de leur propre misère morale.

     Disons-le tout net. Les Catholiques ne sont pas racistes lorsqu’ils sont obéissants à l’enseignement reçu. Le racisme a été dénoncé et condamné par l’Eglise catholique dans l’Encyclique Mit Brennender Sorge sur le nazisme, du Pape Pie XI, en 1937, et les Catholiques fidèles s’y soumettent sans aucun problème. De plus l’Evangile, et de très loin, n’est pas le Talmud (4) dans son regard porté sur les hommes.

(A suivre…« Antijudaïsme rabbinique, pourquoi ? »…si Dieu veut)


René Pellegrini

 

- C’est moi qui mets en gras dans les textes.

 

(1) Epître de Saint Paul aux Galates VI, 16

(2) Actes des Apôtres XV, 1 à 29)

(3) Le Talmud ne fait que confirmer ces propos, comme on le verra par ailleurs.

(4) Le Talmud fut anathémisé par les Papes Clément VIII, Jules III, Paul IV, Saint Pie V, etc.

Mis sur un autre blogue le 31 janvier 2018

mercredi 3 août 2022

Quelle attitude en temps de persécution et de privation de sacrements ? - 3


QUELLE ATTITUDE EN TEMPS DE PERSECUTION 

ET DE PRIVATION DE SACREMENTS ? – 3

LE SACREMENT DE PENITENCE SANS MINISTRE DU SEIGNEUR : 

SE CONFESSER A DIEU

 

     Entourés des extrémités qui sont les épreuves des saints, si nous ne pouvons confesser nos péchés aux prêtres, confessons-les à Dieu. Je sens, mes enfants, votre délicatesse et vos scrupules : qu’ils cessent et que votre amour pour la croix augmente. Dites-vous à vous-mêmes et, par votre conduite dites à tous ceux qui vous verront ce que disait saint Paul : « Qui me séparera de la charité de Jésus-Christ ? » (Romains VIII, 35)

     Saint Paul était alors dans votre position et il ne disait pas que la privation de tout ministres du Seigneur, où il pouvait se trouver, pouvait le séparer de l’amour de Jésus-Christ et altérer en lui la charité : il savait que, dépouillé de tout secours humain et privé de tout intermédiaire entre lui et le ciel, il trouverait dans son amour, dans son zèle pour l’Evangile et dans la croix, tous les sacrements et les moyens nécessaires pour y parvenir.

     De ce que je viens de dire, il vous ait aisé de voir une grande vérité, bien propre à nous consoler et à vous donner courage : c’est que votre conduite est une vraie confession devant Dieu et devant les hommes. Si la confession doit précéder l’absolution, ici votre conduite doit précéder les grâces de sainteté et de justice que Dieu nous dispense, et c’est une confession publique et continuelle. La confession est nécessaire, dit saint Augustin, parce qu’elle renferme la condamnation du péché ; ici, nous le condamnons d’une manière publique et si solennelle qu’elle est connue de toute la terre, et cette condamnation, qui est cause que nous ne pouvons approcher d’un prêtre, n’est-elle pas plus méritoire qu’une accusation de péché particulière et faite en secret ? La confession secrète de nos péchés au prêtre nous coûtait peu, et celle que nous faisons aujourd’hui est soutenue par le sacrifice perpétuel de nos biens, de notre liberté et de notre repos, de notre réputation et peut-être même de notre vie !

     La confession que nous faisons au prêtre n’était guère utile qu’à nous, au lieu que celle que nous faisons à présent est utile à nos frères et peut servir à toute l’Eglise. Dieu nous fait, tout indignes que nous sommes, la grâce de vouloir se servir de nous pour montrer que c’est un crime énorme d’offenser la vérité et la justice, et notre voix sera d’autant plus intelligible que nous souffrirons de plus grands maux avec plus de patience.

     Notre exemple dit aux fidèles qu’il y a plus de mal qu’on ne pense à faire ce que l’on exige de nous. Nous ne nous confessons pas d’un péché, mais confessons la vérité, ce qui est la confession la plus noble et la plus nécessaire dans les circonstances présentes. Nous ne confessons pas nos péchés en secret : nous confessons la vérité en public ! Nous sommes persécutés, mais la vérité n’est point captive et nous avons cette consolation, dans l’injustice que nous souffrons, que nous ne retenons pas la vérité de Dieu dans l’injustice, comme dit l’Apôtre des nations, et que nous apprenons à nos  frères à ne l’y point retenir. Enfin, si nous ne confessons point nos péchés, l’Eglise les confesse pour nous.

     Telles sont les règles admirables de la Providence qui permet ces épreuves pour nous faire mériter et nous faire réfléchir sérieusement sur l’usage que nous avons fait des sacrements.

     L’habitude de la facilité que nous avions de nous confesser nous laissait souvent dans la tiédeur, au lieu qu’à présent, privés de confesseurs, on se replie sur soi-même et la ferveur augmente. Regardons cette privation comme un jeûne pour nos âmes et une préparation à recevoir le baptême de la pénitence qui, vivement désiré, deviendra une nourriture plus salutaire. Tâchons d’éloigner de notre conduite qui est notre confession devant les hommes et notre accusation devient Dieu, tous les défauts qui peuvent s’être glissés dans nos confessions ordinaires, surtout le peu d’humilité intérieure.    

     Ce que j’ai dit est plus que suffisant, cependant, je ne sais si j’aurai réussi à vous tranquilliser sur les anxiétés et les scrupules que la délicatesse élève dans une âme réduite à se juger elle-même et à se diriger d’après ses propres mouvements.

     Je sens, mes enfants, toute l’importance de votre sollicitude, mais, quand on se fie à Dieu, il ne faut pas le faire à demi : ce serait manquer de confiance que de regarder les moyens par lesquels Dieu appelle et conserve, incomplets et laissant quelque chose à désirer dans l’ordre de la grâce. Vous trouviez dans la sagesse, la maturité et l’expérience des ministres du Seigneur, des conseils et des pratiques efficaces pour éviter le mal, faire le bien et avancer dans la vertu, tout cela ne tient point au caractère sacramentel, mais aux lumières particulières : un ami vertueux, zélé et charitable peut être en ce point votre juge et votre directeur.  Les personnes pieuses n’allaient pas seulement chercher au tribunal des instructions et des lumières : elles s’ouvraient aux personnes remarquables par leur sainte vie en des entretiens familiers. Faites de même ; mais que la charité la plus directe règne dans ce commerce mutuel de vos âmes et de vos désirs ; Dieu les bénira, et vous trouverez les lumières dont vous avez besoin. Si ce moyen vous était impossible, reposez-vous sur les miséricordes de Dieu : Il ne vous abandonnera pas, son esprit parlera lui-même à vos cœurs par des aspirations saintes qui les enflammeront et les dirigeront vers les objets augustes de vos destinées.

     Vous me trouverez concis sur ce sujet. Vos désirs vont bien au-delà ; mais un peu de patience, le reste de ma lettre répondra entièrement à votre attente ; on ne peut pas tout dire à la fois, surtout dans un sujet aussi délicat et qui exige la plus grande exactitude. Je vais continuer de vous parler comme je me parle à moi-même.

     Eloignés des ressources du sanctuaire et privés de tout exercice du sacerdoce, il ne nous reste de médiateur que Jésus-Christ : c’est à Lui que nous devons recourir pour nos besoins ; c’est devant sa majesté suprême que nous devons déchirer sans ménagement le voile de nos consciences et, dans la recherche du bien et du mal que nous avons fait, Le remercier de ses grâces, nous reconnaître coupables de nos offenses…et prier ensuite qu’il nous pardonne et nous trace les sentiers de sa volonté sainte (ayant dans le cœur le désir sincère de le faire à son ministre quand et sitôt que nous le pourrons).

     Voilà, mes enfants, ce que j’appelle se confesser à Dieu.  Dans une telle confession bien faite, Dieu lui-même vous absoudra ! C’est l’Evangile qui nous l’apprend en nous proposant l’exemple du publicain qui, humilié devant Dieu, s’en retourna justifié puisque la meilleure marque de l’absolution, c’est la justice qui ne peut être liée puisque c’est elle qui délie. Voilà ce que, dans l’isolement total où nous sommes, nous devons faire. L’Ecriture Sainte nous trace, ici, nos devoirs.

     Tout ce qui tient à Dieu est saint : quand nous souffrons pour la vérité, nos souffrances sont celles de Jésus-Christ qui nous honore d’un caractère particulier de ressemblance avec Lui et avec sa croix. Cette grâce est le plus grand bonheur qui puisse arriver à un mortel pendant sa vie.

     C’est ainsi que dans toutes les positions pénibles qui nous privent des sacrements, la croix portée chrétiennement est la source de la rémission de nos fautes ; comme, portée autrefois par Jésus-Christ, elle le fut des fautes de tout le genre humain. Douter de cette vérité, c’est faire injure à notre Sauveur crucifié, c’est ne reconnaître pas assez la vertu et le mérite de la croix !...

     Dites-moi serait-il possible que le bon larron ait reçu le pardon de ses fautes et que le fidèle qui abandonne tout pour son Dieu n’y reçoit pas le pardon des siennes ?

     Des saints Pères observent que le bon larron fut criminel jusqu’à la croix pour montrer aux fidèles ce qu’ils doivent espérer de cette croix lorsqu’ils l’embrassent et y demeurent attachés pour la justice et pour la vérité. Nous sommes ses disciples, Il est notre modèle, souffrons comme lui et nous entrerons dans l’héritage qu’il nous a préparé par la croix.

     Mais pour être sanctifié par la croix, il ne faut pas être à soi-même, il faut être tout à Dieu ; il faut que notre conduite retrace les vertus de Jésus-Christ : il ne suffit pas, dans ces moments, qu’animés de son amour, vous vous reposiez sur son sein comme Saint-Jean ; il faut que vous le serviez avec fermeté et constance sur le calvaire et sur la croix : là, en nous confessons à Dieu, si votre confession è Dieu n’est pas couronnée par l’imposition des mains des prêtres, elle le sera par l’imposition des mains de Jésus-Christ. Voyez ses mains adorables qui paraissent si pesantes à la nature et qui sont si légères à ceux qui l’aiment !...Elles sont étendues sur vous depuis le matin jusqu’au soir pour vous combler de toutes sortes de bénédictions si vous ne les repoussez pas vous-même. Il n’y a point de bénédiction semblable à celle de Jésus-Christ crucifié quand il bénit ses enfants sur la croix.

     Le sacrement de pénitence est pour nous, dans ce moment, le puits de Jacob, dont l’eau est excellente et salutaire, mais le puits est profond ; dénués de tout, nous ne pouvons y puiser et nous désaltérer ; des gardes même en défendent l’entrée…Voilà la peinture de notre position. Regardons la conduite de nos persécuteurs comme une punition de nos péchés ! Il est certain que si nous pouvions approcher de ce puits avec foi, nous y trouverions Jésus-Christ parlant à la Samaritaine. Mais ne perdons pas courage ! descendons jusque dans la vallée de Béthulie, où nous trouverons plusieurs sources qui ne sont pas gardées, où nous pourrons tranquillement étancher notre soif. Que Jésus-Christ habite dans nos cœurs ! Que son Esprit Saint les enflamme, et nous trouverons en nous cette source d’eau vive qui suppléera au puits de Jacob. Jésus-Christ, comme souverain pontife, fait lui-même, d’une manière ineffable, dans la confession que nous faisons à Dieu, ce qu’il aurait fait de tout autre temps par le ministère des prêtres, et cette confession a un avantage que les hommes ne peuvent nous ravir, c’est pourtant en nous Jésus-Christ qui s’occupe de nous continuellement ! Nous devons le faire dans tous les temps, dans les lieux et dans toutes les positions possibles. C’est une chose digne d’admiration de voir que ce que le monde fait pour nous éloigner de Dieu et de son Eglise nous en approche d’avantage.

     La confession ne doit pas être seulement un remède pour tous les péchés passés ; elle doit être un préservatif pour les péchés à venir. Si nous réfléchissons sérieusement sur cette double efficacité du sacrement de pénitence, nous pourrons avoir beaucoup à nous humilier et à gémir ! Et nous y serons d’autant plus fondés que notre avancement dans la vertu aura été plus lent et que nous nous serons toujours trouvés les mêmes, avant et après nos confessions. Nous pouvons actuellement réparer tous ces défauts qui venaient d’une trop grande confiance dans l’absolution et de ce qu’on n’approfondissait pas assez ses plaies !... Obligée maintenant de gémir devant Dieu, l’âme fidèle s’occupe à considérer toutes ses difformités ; là, aux pieds du Sauveur, et pénétrée de la douleur et du repentir, elle y reste dans le silence, ne lui parlant que par des larmes, comme la pécheresse de l’Evangile voyant, d’un côté ses misères et de l’autre, la bonté de Dieu. Elle s’anéantit devant sa majesté, jusqu’à ce qu’elle dissipe ses maux par un de ses regards. C’est là que la lumière divine éclaire son cœur contrit et humilié et lui découvre jusqu’aux atomes qui peuvent l’obscurcir. Que cette confession à Dieu soit pour vous une pratique journalière, courte mais vive, et que de temps en temps vous la fassiez depuis une époque jusqu’à l’autre, comme chaque jour vous la faites de la journée (à votre examen du soir).

     Le premier fruit que vous en retirerez, outre la rémission de vos péchés, ce sera d’apprendre à vous connaître et à connaître Dieu.

     Le deuxième, d’être toujours présentés aux prêtres si vous le pouviez, ornés du caractère des miséricordes du Seigneur.

     Je crois avoir dit, mes enfants, ce que je devais pour votre conduite à l’égard du sacrement de pénitence. Je vais vous entretenir, maintenant, de la privation de l’Eucharistie et, successivement, de tous les objets dont vous me parlez dans votre lettre.

A suivre…« L’Eucharistie et l’extrême-Onction sans ministre du Seigneur »…Si Dieu veut) 

NOTA BENE :

- La lettre ne comportant que le titre CONSOLATIONS, c’est moi qui mets les sous-titres lors de chaque partie publiée.

 

René Pellegrini

Prière à Notre-Dame du Bon Conseil

#PRIERE A NOTRE-DAME DU BON CONSEIL      O Très glorieuse #Vierge Marie, choisie par le Conseil éternel pour être la Mère du Verbe éternel...